2024-03-08T17:01:19Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/deplacements-stationnement/DNLT/DNLT-station-CHU.jpg

Ce que les futures lignes 6, 7 et 8 vont apporter

ActualitésPublié le 08 mars 2024

Connexions, durée des trajets, bénéfices écologiques… Tour d’horizon de ce qui va changer d’ici quelques années avec l’arrivée annoncée de trois nouvelles lignes de tramway et de busway.

Projection de la station qui desservira le futur CHU sur l'île de Nantes.
Projection de la station qui desservira le futur CHU sur l'île de Nantes.

3 nouvelles lignes, une multitude de connexions

À partir de la fin 2027, l’ensemble de la métropole sera mieux desservi grâce à l’arrivée des futures lignes de tramway L6 et L7, de busway L8 et au prolongement des lignes C7 et  C9. Connectées au réseau actuel (lignes 1, 2, 3, 4 et 5, bus et chronobus), elles permettront de multiplier les liens avec les pôles d’échanges, les gares SNCF et routières, les grands équipements, et d’augmenter les capacités de franchissement de la Loire. Un gain de temps pour aller travailler, étudier, faire ses courses, ou encore se soigner au futur CHU sur l’île de Nantes, avec des déplacements plus faciles, moins coûteux et moins polluants.

Des trajets plus directs et plus rapides

La conception en étoile du réseau de tramway Naolib oblige à passer systématiquement par Commerce. Demain, sa forme en toile d’araignée reliera mieux les communes entre elles. Aujourd’hui, pour rejoindre Rezé depuis Atlantis à Saint-Herblain, il faut près de 55 min, avec trois correspondances (1, 2 et 36). Demain, avec la ligne 7, le trajet prendra moins de 30 min, sans aucun changement. Avec la  ligne 6, La Chapelle-sur-Erdre (Babinière) sera à 40 min de tram d’Atout Sud et de l’hôtel de ville de Rezé. Et Bouguenais (échangeur Ville-au-Denis via le centre-bourg)  à 50 min de Doulon, en traversant l’île de Nantes en busway par la ligne 8. Grâce à ces trois nouvelles lignes, l’accessibilité du futur CHU sera confortée, aussi bien pour les habitants du sud que du nord de la Loire. Et depuis l’île de Nantes, le trajet en tram ou en busway sera direct pour aller piquer une tête à la future piscine olympique de Rezé.

Des déplacements plus écolos

Sur la métropole nantaise, les transports routiers sont responsables de 46 % des émissions de gaz à effet de serre. En rendant les transports publics plus pratiques et plus rapides, ces nouvelles lignes offriront des alternatives efficaces à la voiture individuelle. Elles participeront ainsi à lutter contre le réchauffement climatique et à réduire les consommations d’énergie fossile et la pollution (gaz à effet de serre, particules fines, etc.). Un tramway consomme en effet moins d’énergie et émet nettement moins de CO2 que la voiture thermique.

De nouvelles stations et un nouveau pôle de correspondance

Sur le parcours des lignes 6  et 7, six nouvelles stations seront créées, notamment au niveau du Mémorial, le long du quai de la Fosse, à Nantes. © Semitan
Sur le parcours des lignes 6 et 7, six nouvelles stations seront créées, notamment au niveau du Mémorial, le long du quai de la Fosse, à Nantes. © Semitan

Sur le parcours des lignes 6  et 7, six nouvelles stations seront créées, avec un design inspiré de l’histoire maritime de la métropole : Mémorial sur le quai de la Fosse, Parc des Chantiers, Estuaire (quartier République), CHU, Basse-Ile et Hôtel de Ville de Rezé-Atout Sud (ndlr : les noms des stations sont provisoires). Plusieurs stations existantes et leurs abords seront également réaménagés, notamment Chantiers Navals et Jamet, à Nantes, ou encore François-Mitterrand à Saint-Herblain, terminus des lignes 1 et 7. Quant à elle, la ligne 8 bénéficiera de 26 arrêts. À l’instar de Pirmil et de Gréneraie, un nouveau pôle de correspondance sera créé à Basse-Ile (Rezé) pour notamment les lignes 6, 7, 8 et le Chronobus C9, et les cars Aléop.

Des rues plus agréables, plus sûres et plus ombragées

Dans le sillage de ces lignes, plusieurs quartiers vont se transformer. Nantes Métropole profite de leur arrivée pour aménager de nouveaux espaces publics qui feront la part belle aux piétons, aux vélos et à la nature. Exemple emblématique de ce virage écologique : la transformation du pont-Anne-de-Bretagne en « pont-jardin ». Aussi vaste que le cours Saint-André, le nouvel ouvrage offrira 1 450 m² d’espaces verts pour profiter de la balade et de Loire.

À Rezé, l’auto-pont routier qui coupe la zone Atout Sud du quartier de l’hôtel de ville, sera détruit. Et la route de Pornic, dernière pénétrante autoroutière de la métropole à 2X2 voies, va être transformée : elle accueillera une voie de circulation dans chaque sens, deux voies réservées aux transport collectif et la végétation sera renforcée. Bordé d’arbres, ce nouveau boulevard accueillera, en plus des  lignes 6, 7 (terminus dans le secteur Hôtel de ville de Rezé / Atout Sud) et 8, une nouvelle voie de covoiturage en sens sortant, la grande voie vélo est/ouest ainsi que de larges trottoirs qui faciliteront la traversée nord/sud vers la zone commerciale Atout Sud, les bords de Loire et le nouveau quartier Pirmil-les-Isles. Au débouché du pont des Trois-Continents, le boulevard Victor-Schoelcher fera lui ausi sa mue avec la création d’un parvis piéton pour la future piscine métropolitaine olympique et d’un pôle de correspondance tramway, bus, cars et vélo.