2022-06-13T15:53:35Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/enfance-education-jeunesse/cuisine%20centrale/cuisine-centrale-vertou-800.jpg

Actualités Publié le 13 juin 2022

Cantines : en 2024, Vertou, Saint-Sébastien et Les Sorinières feront cuisine commune

Les trois communes ont décidé de mutualiser la confection des repas servis dans leurs écoles. La Fabrik du Sud-Loire, leur nouvelle cuisine centrale, vise 75 % de produits locaux et 30 % de bio dans les assiettes dès 2025.

La construction de la Fabrik du Sud-Loire débutera en juin 2023 sur le site de la Presse au Vin à Vertou, pour une ouverture en septembre 2024. © Mûrisserie Parent Rachdi
La construction de la Fabrik du Sud-Loire débutera en juin 2023 sur le site de la Presse au Vin à Vertou, pour une ouverture en septembre 2024. © Mûrisserie Parent Rachdi

C’est une première dans l’agglomération nantaise. En juin 2023, Vertou, Saint-Sébastien-sur-Loire et Les Sorinières – près de 60 000 habitants au total – lanceront la construction d’une cuisine centrale commune pour fournir jusqu’à 5 000 repas par jour aux cantines de leurs écoles publiques. Le nouvel équipement - nommé la Fabrik du Sud-Loire - alimentera également leurs centres de loisirs et plusieurs instituts médico-sociaux et éducatifs du territoire (l’institut Ocens, le Cenro et les œuvres de Pen Bron).

À la clé : des économies d’échelle et une promesse de qualité dans les assiettes. « Nous avons choisi de dépasser nos chapelles pour bâtir un projet ambitieux, au service de l’alimentation de nos enfants », explique Rodolphe Amailland, maire de Vertou, à l'origine de cette initiative. Cette mutualisation permettra d’anticiper les besoins en forte progression d’ici 2023 (de 535 000 à près de 800 000 repas par an) et de répondre à l’obsolescence programmée des cuisines centrales de Vertou et Saint-Sébastien. Pour Christelle Scuotto, maire des Sorinières, qui sous-traite aujourd’hui la confection des repas à un prestataire, cet outil moderne est aussi la garantie d’une meilleure maîtrise des coûts face à l’inflation : « C’est un vrai projet de territoire, qui nous permettra de nous adapter à l’évolution des normes et de répondre aux enjeux de développement durable et de préservation de l’environnement. » « Nous n’avons eu aucune difficulté à nous retrouver sur l’essentiel, assure Laurent Turquois, maire de Saint-Sébastien-sur-Loire. Nous partageons les mêmes ambitions pour l’alimentation de nos enfants : l’éducation au goût et à la qualité, la valorisation de la production et des fournisseurs locaux… »

Zéro plastique et produits locaux

Pour réduire l’empreinte carbone du service, l’approvisionnement local sera privilégié. D’ici 2025, les trois communes souhaitent intégrer au minimum 75 % de produits locaux et de qualité dans la confection des repas, 30 % de bio et 50 % de produits labélisés (label Rouge, AOP, écolabel Pêche durable…) L’équipement, qui entend bannir l’usage du plastique dès 2024 et réduire de 20 % le gaspillage alimentaire, sera également équipé d’une pâtisserie et une légumerie. « L’objectif est de cuisiner au maximum des produits frais, de saison, entièrement faits maison », précise Rodolphe Amailland. Autre nouveauté : les enfants auront tous les jours le choix entre un plat avec ou sans viande, en plus du repas végétarien pour tous déjà servi chaque semaine dans les cantines des trois communes.

Le bâtiment (1800 m² environ) sortira de terre à partir de juin 2023 près de l’accueil de loisirs de la Presse au Vin, à Vertou, pour une ouverture à la rentrée 2024. Construit aux normes de haute qualité environnementale par l’agence d’architectes Mûrisserie Parent Rachdi, le nouvel équipement sera piloté par Mélanie Denis. Cette diététicienne de formation a dirigé plusieurs cuisines centrales de grande taille et coordonne actuellement le projet du service restauration du CHU de Nantes.

Christelle Scuotto, maire des Sorinières, Rodolphe Amailland, maire de Vertou, et Laurent Turquois, maire de Saint-Sébastien-sur-Loire, affichent une même ambition pour la qualité des repas servis aux enfants.
Christelle Scuotto, maire des Sorinières, Rodolphe Amailland, maire de Vertou, et Laurent Turquois, maire de Saint-Sébastien-sur-Loire, affichent une même ambition pour la qualité des repas servis aux enfants.

Un investissement de 7,8 millions d’euros

Porté par un groupement de coopération sociale, la Fabrik du Sud-Loire est financée par Vertou, Saint-Sébastien et Les Sorinières avec le soutien de plusieurs acteurs publics. Notamment Nantes Métropole qui apporte une aide de 850 000 euros. « C’est le premier équipement a bénéficié du fonds de concours métropolitain mis en place pour renforcer la coopération et la solidarité entre les communes », rappelle Christelle Scuotto, maire des Sorinières et vice-présidente de Nantes Métropole. Une initiative qui pourrait bien faire école ailleurs sur le territoire.