2022-02-10T17:30:21Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/dechets-proprete-eau-energie/energies/sillon675.jpg

Actualités Publié le 10 février 2022

Saint-Herblain : le Sillon de Bretagne raccordé au réseau de chaleur de la métropole

Une nouvelle branche du réseau de chaleur Nord-Chézine dessert environ 860 logements, des commerces et des bureaux. Elle permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 1000 tonnes de CO2 par an. 

Le Sillon de Bretagne est immeuble emblématique datant des années 1970 (photo @ Rodolphe Delaroque).
Le Sillon de Bretagne, immeuble emblématique datant des années 1970 (photo @ Rodolphe Delaroque).

C’est un outil au service de la transition énergétique et un système de chauffage économique pour les usagers. Méconnus des habitants, les 145 kilomètres de réseaux de chaleur de la métropole desservent plus de 37 000 logements et de nombreux équipements. En 2020, Idex Centre Ouest, mandaté par Nantes Métropole, a mis en service le réseau de chaleur Nord-Chézine. Alimenté à plus de 80 % par le centre de traitement et de valorisation des déchets de Couëron, plusieurs chaufferies gaz et biomasse ainsi que quatre centrales de cogénération, ce réseau long de 32 kilomètres dessert plus de 10 000 logements, des bâtiments tertiaires et publics, sur Nantes, Orvault et Saint-Herblain. 

Moins cher que le gaz 

En octobre 2021, Nantes Métropole et ses partenaires - Idex, Harmonie Habitat, Nantes Métropole Habitat, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) - ont franchi une nouvelle étape dans le développement du réseau Nord-Chézine : le raccordement du Sillon de Bretagne, immeuble emblématique datant des années 1970. Une nouvelle branche de 1,5 km de long permet de fournir en chaleur environ 860 logements, des commerces et des bureaux. « Les habitants et usagers ne s’en rendent pas forcément compte mais ils sont passés à une énergie plus renouvelable et c’est très positif, se félicite Tristan Riom, adjoint au maire de Nantes en charge de l’énergie et des bâtiments et conseiller métropolitain en charge de l’énergie et du climat. Ce raccordement va permettre d’économiser 1000 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent des émissions annuelles de 230 habitants. »

Ce système de chauffage urbain est aussi économique. En 2020, le coût moyen de l’énergie pour un T3 était de 460 €/an avec les réseaux de chaleur contre 480 € pour le gaz et 950 € pour l’électricité. « 70 % des logements du parc du bailleur social Nantes Métropole Habitat sont raccordés aux réseaux de chaleur, il faut donc éviter les envolées des prix. La chaleur alimentée par le bois et les déchets, c’est une filière locale ce qui nous permet de maîtriser les tarifs. »

Le raccordement du Sillon de Bretagne permet également au délégataire Idex d’utiliser la chaufferie gaz existante mise à disposition par Harmonie Habitat. De nouvelles chaudières gaz vont y être installées pour répondre aux besoins du réseau. « Elles seront utilisées quand il fait très froid ou quand il y a un problème sur notre énergie de base apportée par le centre de traitement et de valorisation des déchets, indique Charles Bucquet, responsable technique chez Idex. C’est vraiment de l’appoint et du secours. » Cette utilisation de l’existant permettra d’éviter la construction d’une nouvelle chaufferie qui aurait été nécessaire compte tenu du développement du réseau. 

Les réseaux de chaleur font partie des leviers essentiels pour permettre à Nantes Métropole d’atteindre ses objectifs en matière de transition énergétique, comme le rappelle Tristan Riom : « Nous avons pour objectif de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre par habitant entre 2003 et 2030 et nous voulons atteindre les 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050. »